Pharaons !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Khéops

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 5 décembre 2011

Khéops

KhéopsKhéops est le second et le plus célèbre des rois de la 4ème Dynastie. Il était le fils de Snéfrou et de Hétep-Hérès I. Il a eu au moins deux épouses, peut-être même quatre, avec lesquelles il eut plusieurs enfants. La reine Mérititès lui donna Kawab, Djedefhor, Hétep-Hérès II and Méresankh II. Avec Hénoutsen, Khéops eut Khéphren et Khoufou-Kaf. Ses autres enfants sont Didoufri, qui lui succédera sur le trône, Hor-Baf, dont on dit parfois qu'il a pu devenir l'hypothétique roi Bakarê, et Khamernebti I.

Selon Manéthon et Hérodote, Khéops aurait régné 63 ans. La Liste Royale de Turin, toutefois, ne donne que 23 ans de règne au successeur de Snéfrou. (Bien que le nom du roi sur cette ligne de la Liste soit manquant, elle s'applique tout de même à Khéops, ce dernier étant successeur de Snéfrou.)

La plus haute année référencée dans le règne de Khéops est celle du 17ème comptage des troupeaux. cela signifie que Khéops a dû régner au moins 17 ans, si les troupeaux étaient comptés tous les ans, à 33 ans, s'ils étaient toujours comptés tous les deux ans.

Comme son père, Khéops semble avoir tenté d'établir une présence militaire plus ou moins permanente dans le Sinai, probablement pour empêcher les Bédouins d'interrompre le travail dans les mines de turquoise. Une inscription à Assouan montre l'intérêt que Khéops a porté à cette région, car c'était la principale carrière de granit nécessaire à l'élévation de sa pyramide. Une stèle trouvée près d'Abou Simbel et quelques fragments d'un objet d'albâtre trouvé à Byblos, indiquent un degré d'échanges commerciaux avec la Nubie et la Palestine.

Suivant l'exemple de son père, Khéops construira aussi son monument funéraire loin de ceux de ses prédécesseurs. Les activités de construction déménagèrent de Dachour à Gizeh, au nord de la capitale Memphis. Là il bâtit le monument qui fit de lui l'un des plus célèbres rois de l'Egypte ancienne : la Pyramide de Khéops.

Et dire qu'on ne connaît de ses représentations qu'une statuette votive de 7,5 centimètres de haut...

La Pyramide de Khéops

Pyramide de KhéopsLa pyramide de Khéops, aujourd'hui dénommée «Grande Pyramide», était appelée par les Égyptiens Akhet-Khufu, «Horizon de Khoufou» ou «Khéops appartient à l'horizon». Malgré la disparition de son sommet, elle domine le haut plateau de Giza de ses 138 m. Auparavant la pyramide atteignait 146 m. Le monument est composé de grands blocs de calcaire provenant de carrières locales. Les parois extérieures étaient recouvertes de calcaire pur à grain fin, prélevé dans les carrières de Toura, sur la rive opposée du Nil. Ainsi, la pyramide présentait des faces complètement lisses et blanches, avec une pente de 51°50'. La disparition du revêtement a donné à la construction son aspect actuel, à degrés. Le plan est carré, avec une base qui mesure aujourd'hui 230 m, contre 233 à l'origine, soit 440 coudées égyptiennes. Le volume est évalué à un peu plus de deux millions et demi de mètres cubes. L'ancienne entrée se trouve sur la face Nord de la pyramide.

L'accès actuel est situé plus bas et consiste en une étroite galerie, ouverte par le calife al-Mamoun, qui contourna les blocs qui «scellaient» l'ancienne entrée. À l'intérieur, on trouve une salle funéraire inachevée, plus ou moins dans l'axe de la pyramide, 31 m au-dessous de la base. Cette salle représente le premier stade du projet qui allait être abandonné. La « salle de la reine », dans l'axe de la pyramide et à environ 120 m du sommet, est en réalité la salle funéraire du second projet, également abandonné. La « grande galerie » est une splendide construction en énormes blocs de calcaire pur à grain fin, appelé « albâtre égyptien ». La galerie, haute de 8,5 m, grimpe sur 47 m et donne accès au vestibule. Celui-ci s'ouvre sur la salle funéraire définitive, troisième stade du projet. On y trouve un grand sarcophage en granit, vide et sans couvercle.

La microgravimétrie, les microsondages pour les vues endoscopiques, ou l'absorption différentielle des radiations ont démontré l'existence de cavités insoupçonnées. Des traces d'autres éléments du complexe funéraire ont subsisté jusqu'à nos jours : en 1990, on a découvert des vestiges de la rampe monumentale et du Temple de la Vallée. Les barques du roi ont également été retrouvées à proximité. Près d'une pyramide satellite, on a mis au jour la sépulture souterraine de la mère de Khoufou, Hétep-Hérès, dont les précieux objets funéraires sont exposés au Musée Égyptien du Caire.

La IVe Dynastie

Cette page contient une vue d'ensemble (classée par ordre alphabétique) des membres connus de la famille royale de la 4ème dynastie. Tout ceci est basé sur des travaux de George Reisner sur la généalogie de la 4ème dynastie.

Baoufrê -- voir Horbaf

Didoufri -- voir Hordjedef

Hétep-Hérès I -- Hétep-Hérès I serait selon certains une fille de Houni, dernier roi de la 3ème dynastie, bien qu'elle ne semble jamais avoir porté le titre de "Fille du Roi". Du moins, aucune inscription où elle porte ce titre n'a été trouvée. Si elle était en effet une fille d'Houni, alors son mariage à Snéfrou, qui était peut-être son (demi ?) frère, renforce la position de ce dernier comme successeur de Houni. Snéfrou eût d'elle au moins un fils, Khéops, qui succéda à son père. Un tombeau attribué à la reine a été découvert en février 1925 par George Reisner au nord-est de la pyramide de Khéops à Guizeh, contenant quelques meubles et bijoux appartenant à Hétep-Hérès. Le sarcophage était vide. On le suppose que l'enterrement initial d'Hétep-Hérès eut lieu à Dashur, près des pyramides de son mari, Snéfrou.

Hétep-Hérès II -- Hétep-Hérès II est certainement celle qui a vécu le plus longtemps, parmi la famille royale de la 4ème dynastie. Elle était une fille de Khéops, mise au monde avant ou pendant les premières années du règne de son père, mais plus probablement pendant le règne de son grand-père, Snéfrou. Une titulature fragmentaire trouvée dans le tombeau de Mérititès, peut indiquer que celle-ci était la mère de Hétep-Hérès II. Au plus tard pendant le règne de son père, elle a épousé son frère Kawab, avec qui elle eut au moins un enfant, une fille nommée Meresankh III. Après la mort de son premier mari, elle épousa un autre de ses frères, Didoufri. Quand Didoufri a hérité du trône, après la mort de Khéops, Hétep-Hérès II est devenue une reine. Hétep-Hérès II se retrouva à nouveau veuve à la mort de Didoufri. Elle épousa alors Ankhhaf, un autre membre de la famille royale de la 4ème dynastie. Le mariage de sa fille, Meresankh III, à Khéphren, successeur de son défunt deuxième mari, a fit d'Hétep-Hérès II la belle-mère du nouveau roi. Elle a également survécu à son troisième mari et à sa fille, Meresankh III. Une marque de son affection pour Meresankh peut peut-être être vue dans le fait que Hétep-Hérès II a eu son propre mastaba dans le cimetière oriental de Guizeh converti en tombeau pour sa fille. Décédée tôt sous le règne de Shepseskaf, le fils et le successeur de Mykérinos, elle avait ainsi été témoin des règnes de 5 rois de la 4ème dynastie (peut-être 6, si elle était née pendant le règne de Snéfrou).

Horbaf -- Horbaf était un fils de Khéops. Le nom de sa mère n'est pas connu. Il est peut-être identique au Baoufrê d'un graffiti du moyen empire dans le Wadi el-Fawakhir, celui énumère ce nom ainsi que les noms de Khéops, de Didoufri, de Khéphren et de Hordjedef. Le même nom, Baoufrê, apparaît également dans l'histoire du le Papyrus Westcar comme nom d'un des fils de Khéops. Il n'est pas certain que ce Baoufrê soit identique au Roi Bakare énuméré dans quelques liste royales et mentionné par Manéthon. Horbaf a peut-être été marié à sa (demi ?) soeur Meresankh II. Il a tenu le titre de vizir et il a été enterré dans le mastaba le numéro 7310-7320 à Guizeh.

Didoufri / HordjedefHordjedef -- Hordjedef, également connu sous le nom de Djedefhor, était un fils de Khéops . Sa mère était probablement Mérititès. nous en savons peu au sujet de la vie de ce prince. Nous ne savons pas à qui il était marié - s' il était marié - et qui étaient ses enfants. Certains disent qu'Hordjedef peut avoir été le père fondateur de la 5ème dynastie, mais ceci n'est pas généralement considéré comme exact. Après sa mort, il a été crédité par les Egyptiens antiques comme étant le compositeur d'un texte de sagesse, énonçant les règles morales du comportement, et d'une chanson de harpiste. Dans l'histoire remarquable du Papyrus Westcar, c'est lui qui présente le magicien sage Djedi à Khéops. Son crédit posthume même est allé si loin, que les Egyptiens antiques ont cru que c'était lui qui avait trouvé une partie du livre des morts dans le temple de Thot à Hermopolis, pendant le règne de Mykérinos. S' il y a tout de même un fond de la vérité derrière cette histoire, il est possible que Hordjedef ait survécu sous le règne de son neveu, Mykérinos.

Un grafitti du moyen empire dans le Wadi el-Fawakhir montre les cartouches de Khéops, de Didoufri, de Khéphren, de Baoufrê et de Hordjedef, qui a mené certain Egyptologues à croire que Hordjedef a pu être roi ou était au moins un candidat pour le trône. Il est, cependant, également possible que le nom de Hordjedef ait été inclus en raison de sa renommée. Il a été enterré dans le mastaba 7210-7220 à Guizeh. Son tombeau a été trouvé tout à fait détruit. On ne sait pas si la destruction de son tombeau est le résultat d'une lutte dynastique ou de pillards.

KawabKawab -- Kawab était un fils de Khéops et de Mérititès. Il a épousé sa soeur, Hétep-Hérès II, avec qui il a engendré plusieurs enfants. Un relief trouvé dans le mastaba initialement préparé pour Hétep-Hérès II mais donné par elle à sa fille, Meresankh III, identifie Kawab en tant que père de cette Meresankh (voir l'image ci-contre). Kawab n'a peut-être jamais été prince, en dépit de son titre de "fils aîné du roi", qui a pu avoir été purement honorifique, ou qui peut indiquer qu'il était un fils de Khéops et d'une d'épouse importante. Son importance est montrée par sa titulature raffinée, un de ses titres les plus notables étant celui de vizir. Il décéda avant son père et son épouse. Son mastaba raffiné a été découvert au à l'est de la pyramide de Khéops à Guizeh (Mastaba 7110-7120). Une chambre d'enterrement établie dans ce mastaba pour son épouse, Hétep-Hérès II, a été inachevée, car celle-ci lui survécut encore longtemps, et choisit un autre tombeau. Un honneur posthume a été payé à Kawab plusieurs siècles après sa mort, quand le prince Khaemouâset, un fils de Ramsès II, restaura une de ses statues dans le temple de Memphis .

Khamernebti I -- Khamernebti I était une fille de Khéops. Son mariage à son (demi ?) frère Khéphren a pu renforcer la position de ce dernier sur le trône d'Egypte. Cependant, si c'était là le but de ce mariage, pourquoi le frère et le prédécesseur de Khéphren, Didoufri, a-t-il fait de même ? Ou pourquoi Khéphren n'a-t-il pas épousé la soeur de Didoufri, Hétep-Hérès II ? Elle donna à son mari au moins deux enfants : Mykérinos et Khamernebti II.

Khamernebti II -- Khamernebti II était une fille de Khéphren et de Khamernebti I. Elle a épousé son frère Mykérinos auquel elle donna au moins un fils, Khunre. Elle a peut-être été considérée par Mykérinos comme première reine, car elle est représentée avec lui sur une statue qui a été trouvée dans le temple de la vallée relié à son complexe de pyramides. Elle a peut-être été enterrée à l'est des trois pyramides de la reine, au sud de la pyramide de Mykérinos.

Khéphren --- voir l'histoire

Khéops -- voir l'histoire

Meresankh I -- On suppose que Meresankh I est la mère du roi Snéfrou. Si c'est le cas elle était une épouse d'Houni. Son nom semble avoir été mentionné sur un fragment de la pierre de Palerme, qui l'associe à Snéfrou. Elle est également mentionnée sur un graffiti, ainsi que Snéfrou, à Meidoum.

Meresankh II -- Meresankh II était une fille de Khéops. Sa mère était probablement Mérititès. Elle est censée par certains avoir été mariée à son (demi ?) frère Horbaf. Elle a été enterrée dans le mastaba G7410B de Guizeh. Son sarcophage est exposé au musée de Boston.

Meresankh III -- Meresankh III était une fille de Kawab et de Hétep-Hérès II, et ainsi une petite-fille de Khéops, pendant le règne duquel elle vit le jour. Bien que son père ne soit jamais devenu un roi, elle porta le titre de "fille du roi" dans sa titulature. Ce titre ne doit pas être pris trop littéralement et peut peut-être également signifier "la petite-fille du roi". Ceci peut également être expliqué par le fait que Meresankh devint la belle-fille du roi Didoufri, après la mort de son père. Elle a été mariée à son oncle, Khéphren, avec qui elle a eu comme fils Nebemakhet, Niouserre, Khenterka et Douaenre. Elle eut également une fille, Shepsestkaou, et deux autres enfants. elle a survécu à son mari pendant une courte période, et décéda pendant les premières années de règne de Mykérinos. Aucun tombeau ne semble avoir été préparé pour elle quand elle est morte, ce qui peut indiquer qu'elle est morte brutalement et de manière inattendue. Sa mère, Hétep-Hérès II, donna son propre tombeau, un mastaba découvert en avril 1927 par George Reisner et connu aujourd'hui comme G 7530-7540, et son sarcophage, pour l'enterrement de Meresankh III. Une paire de statues montrant Meresankh III à la gauche de Hétep-Hérès II a été trouvée dans la blocaille autour du mastaba. Elle se trouvait peut-être avant quelque part dans le mur de mastaba. Aujourd'hui, elle est se trouve exposée à Boston (Museum of Fine Arts) Le sarcophage a trouvé dans la chambre d'enterrement contenait quelques os humains, appartenant à une femme qui est morte environ à l'âge de 50 ans, peut-être Meresankh III elle-même.

Mykérinos -- voir l'histoire

Néferhétépès -- Néferhétépès était une fille de Didoufri et de Khentetenka. Certains la disent mère d'Ouserkaf, le premier roi de la 5ème dynastie, bien qu'une autre candidate comme mère de ce roi soit Khentkaus I. On ne sait pas à qui elle était mariée et si elle eut d'autres enfants qu'Ouserkaf.

Nofret -- voir Rahotep.

Rahotep et NofretRahotep -- Rahotep était un haut fonctionnaire qui vécut à la fin de la 3ème et au début de la 4ème dynastie. Selon sa titulature, il était le fils physique du roi. Certains égyptologues supposent que, selon l'emplacement de son mastaba à Meidoum, le père de Rahotep serait Snéfrou, le fondateur de la 4ème dynastie. D'autres pensent que le père de Rahotep était Houni, dernier roi de la 3ème dynastie, ou que le titre "fils physique du roi" était honorifique, mais à la lumière des fouilles, il y a fort à penser que Rahotep ait en effet été un prince. Le nom de sa mère n'est pas connu. Il était également le grand prêtre d'Héliopolis et un général de l'armée royale. Il a été marié à Nofret, dame qui faisait partie de l'entourage royal. Les parents de Nofret ne sont toutefois pas connus et ni même les éventuels enfants de Rahotep et de Nofret. La qualité et la beauté des deux célèbres statues merveilleusement préservées de Rahotep et de Nofret, trouvées en 1871 dans leur mastaba de brique à Meidum, confirment leur rang élevé. Il y a fort à penser qu'elles aient été créées par les sculpteurs habiles travaillant pour les ateliers royaux. Les visages des statues expriment solemnité et assurance, tout comme les statues royales de la même dynastie. Le réalisme de ces statues est augmenté par les yeux marquetés de verre et leur taille réaliste : la statue de Rahotep assis mesure 1.20m de haut, et Nofret 1.18m. Des détails tels que le léger froncement des sourcils sur le visage de Rahotep, et sa moustache, ajoutent à l'impression que les statues en fait des portraits idéalisés.