RâRâ ressemble à un humain à tête de faucon, couronné d'un disque solaire et d'un uraeus, représentation stylisée du cobra sacré. Le soleil lui-même est sensé être son oeil ou son corps. Chaque jour, Râ traverse le ciel sur sa barque solaire, et chaque nuit il traverse le monde souterrain des défunts, pour de nouveau apparaître à l'est au matin suivant.

Son principal lieu de culte se situait à Héliopolis, la "ville du soleil", près du Caire moderne. On l'a aussi représenté avec une tête de bélier. Au troisième millénaire avant J.-C, l'importance de Râ est devenue telle que les pharaons se sont proclamés "Fils de Râ". Après leur mort, les monarques pensaient en effet monter au ciel et rejoindre le dieu.

Selon la cosmologie Héliopolitaine, Râ se serait créé lui-même, soit depuis la toute première fleur de lotus, soit sur le monticule qui émergea des eaux primordiales. Ensuite il créa Shou (l'air) et Tefnout (l'humidité), qui à leur tour engendrèrent le dieu de la terre, Geb, et la déesse du ciel, Nout. Râ aurait ensuite créé l'espèce humaine à partir de ses propres larmes. Râ a souvent été associé à d'autres divinités, comme à Amon ou Atoum, ou dans des expressions comme "Râ en Osiris, Osiris en Râ".